Fumer la chicha

On y trouve du tabac, certes, mais aussi du charbon, une feuille d’aluminium, un tuyau, un fourneau, une colonne, bref, on y trouve mille et une occasions de s’intoxiquer avec des métaux provenant de tout cet attirail. Quand vous préparez une chicha, vous remplissez une petite tête en céramique de tabac à chicha que vous recouvrez d’une feuille d’aluminium percée. D’ordinaire, quand il se levait, il enroulait le tuyau autour du foyer, d’une geste machinal, et retirait le bout pour le garder propre.

Le tabac n’y brûle pas de façon autonome mais est chauffé et partiellement brûlé par adjonction d’un charbon à chicha incandescent ou d’une braise ardente dans la douille qui donne sur une cheminée conduisant par aspiration la fumée au fond du vase rempli d’eau. Toute l’idée est de vous autoriser un petit moment de relâchement sans pour autant craquer et retomber dans le quotidien de la cigarette. En effet, alors qu’une cigarette est finie en 20 bouffées en moyenne, les fumeurs de chicha peuvent être exposés à de plus grandes quantités de goudron, de métaux lourds et autres produits chimiques cancérigènes sur une plus longue période.

La concentration de nicotine dans la fumée de chicha est certes beaucoup plus faible que dans la fumée de cigarette mais la quantité de fumée prise avec une chicha est beaucoup plus importante qu’avec une cigarette. Une autre étude européenne, conduite dans le cadre de la campagne « HELP : pour une vie sans tabac » montre que la moyenne d’âge des consommateurs de chicha (22 ans en moyenne) est plus jeune que celle de tout autre produit du tabac (32 ans pour les cigarettes, 46 ans pour les cigares en moyenne) et du cannabis (23 ans en moyenne). Pourtant, c’est une idée répandue qui conduit à une explosion du nombre de consommateurs qui, soit dit en passant, se recrutent de plus en plus parmi les jeunes. Si vous êtes un jeune consommateur de chicha, sachez que les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) sont des lieux anonymes et gratuits, qui répondent aux questions et permettent de faire le point sur votre consommation. Vous avez des doutes, comparez notre offre Tabac pour chicha, vous n’en aurez plus ! Traversons ensemble les fumées obscures et fruitées de la chicha pour plus d’éclaircissements !

Des bols de narguilé ont ainsi été excavés en 1971 dans la grotte de Lalibela (Éthiopie). Peu d’études ont été réalisées sur le sevrage spécifique de la chicha. On sait que l’utilisation de chicha conduit rapidement à la consommation de cigarette et qu’elle rend le sevrage plus difficile. Il en ressort en fait que le taux de nicotine dans la salive était pareil chez les fumeurs de cigarette et de narguilé, « ce qui dément cette théorie selon laquelle la nicotine est filtrée dans l’eau », sachant que « l’eau permet de débarrasser la fumée des substances irritatives comme l’acroléine et le phénol, mais pas la nicotine », insiste la Dr Waked. La fréquence des tentatives d’arrêt récentes déclarées témoigne qu’une partie importante des lycéens professionnels et apprentis se situe déjà dans une démarche d’arrêt ou de réduction de la consommation de cigarettes. Gemma Vestal, qui travaille pour l’ «Initiative pour un monde sans tabac», un département dépendant de l’OMS, met l’accent sur la quantité de monoxyde de carbone dans les narguilés.